fbpx

Retour sur le festival Play Paris

Play Paris Powered by Pax

Le festival nous vient tout droit des États-Unis et s’est installé pour la première fois le weekend dernier, du 21 et 22 avril à la Grande Halle de la Villette à Paris. Les festivals gaming en France et notamment en Île-de-France mais Play se veut différent. Il s’agit du premier salon à mélanger les genres. Rétrogaming, jeux vidéo, esport, jeux de plateau, musique, il y en a pour tous les goûts et pour tous les joueurs. Alors qu’en est-il vraiment ?

Recherche un 18 000 m² exposé sud

La Grande Halle de Paris est un endroit spacieux et connu pour accueillir divers grands événements. Pour une première édition, le choix de ce lieu est peut-être un peu trop ambitieux. L’idée était bonne car beaucoup d’espace est important dans ce genre d’événement, le public a besoin de ne pas se sentir étouffé et il est évident que pour louer un espace de ce genre, les organisateurs espéraient une grosse fréquentation lors de ce week-end. Peu importe si les objectifs étaient atteints ou non, le public présent, lui, s’est amusé et cela s’est vu ! Certains endroits étaient plus peuplés que d’autres, notamment l’Extra Life Café, qui ne désemplissait pas. Entre Milk-shake et tournois, le staff a su trouver la bonne recette, mais leur espace n’était pas adapté à leurs besoins.

Alors oui Il y a peut-être eu des mauvais choix quant au lieu, rien n’était indiqué et les espaces mal définis, mais je me dois d’être indulgente car c’est un festival qui ne ment pas sur son objectif : “offrir aux joueurs les plus assidus leur salon rêvé” car il a effectivement été pensé pour les joueurs mais surtout en collaboration avec des joueurs.

La passion et puis c’est tout !

J’attendais beaucoup de ce salon car il correspondait énormément aux valeurs que j’ai et que je veux transmettre avec WeLAG. Et il ne m’a pas déçu. Le fait qu’il y ait peu de monde dans les allées ? Je vous avoue qu’en tant que festivalière j’ai beaucoup apprécié. L’air était respirable, le staff sur les stands était ravi de vous renseigner, et la cerise sur le gâteau était de pouvoir jouer sans attendre et sans piétiner devant un stand. Quelle a été ma joie quand j’ai vu que le salon n’était pas souillé de stands de goodies hors de prix… Il y a clairement une mise en avant du jeu à l’état pur contrairement à d’autres salons pervertis par l’aspect commercial.

Étrangement, malgré un public peu présent, j’ai pu ressentir une certaine effervescence et une atmosphère passionnée se dégager, que ce soit de la part des professionnels ou du public. Les personnes que j’ai pu rencontrer sur les stands avaient cette envie de partager avec le public. Que ce soit des entreprises bien installées tels qu’Asmodée, Pix’nLove ou bien, d’autres, encore au stade embryonnaire tels que Wizama et son prototype de jeu de plateau connecté.

Parce que finalement c’est aussi ce que l’on recherche lorsque l’on joue, c’est de découvrir. Ce salon a misé sur la curiosité du joueur et lui permet de sortir de sa zone de confort juste en traversant les allées. Tout est fait pour encourager la création, on peut noter un grand nombre de développeurs indépendants venus se confronter au public.

 

Globalement une belle surprise et une promesse tenue. J’encouragerai toujours cette diversité ludique à partir du moment où le public est au centre des préoccupations. Je suis ravie de voir que ce que Play promettait, c’est à dire parler au passionnés de jeux et non aux consommateurs de jeux, a été respecté.

Pour tous les liens vers les différents intervenants du festival voir PlaybyPax

Facebook
Twitter
INSTAGRAM
RSS
Follow by Email